IMG 21SA trisomie 18

Loulou2701
Messages : 4
Enregistré le : 07 juin 2024, 14:04

IMG 21SA trisomie 18

Message par Loulou2701 »

Bonjour à tous,

J’ai besoin de partager ici mon histoire car je me sens seule avec mon ressenti.

Depuis le début de la grossesse, que nous avons appris à 4SA, je sens que quelque chose ne va pas. J’ai fait des bilans sanguin en attendant la première échographie. Des betaHCG très hauts, puis plutôt bas.
Je demande a une amie gyneco : pas de soucis pour elle, cela n’est pas significatif.
Première écho, embryon tout petit, à peine visible, mais on peut entendre le cœur. On revient dans 2 semaines pour vérifier. Le cœur bas toujours mais on estime la grossesse à une semaine de moins que prévue. Je suis très régulière dans mes cycles menstruels. J’avais même fait un test d’ovulation positif. Mais passons, on nous dit que c’est une estimation à 5 jours près. Au fond de moi je suis inquiète mais je m’efforce d’y croire. Nous achetons nos premiers livres pour comprendre la grossesse et discuter de la naissance et de comment on envisage tout ça.
Écho T1, on ne voit pas bien, bébé bouge beaucoup, on doit revenir dans 5 jours. Mais 70% de chance que ce soit une petite fille. Nous lâchons prise. Je suis heureuse et j’annonce un peu à tout le monde. Deuxième T1 : tout va bien clarté nuccale 1,2mm. Mais sûrement un garçon cette fois ci. On en rit beaucoup. Et finalement nous décidons de garder la surprise du sexe pour l’accouchement. Mais on est serein. Je fais la prise de sang du tri test. J’en oublie presque les résultats et la trisomie est le dernier de mes soucis. J’ai 29 ans, je suis sereine. Mon ventre s’arrondi doucement.
On m’appelle le 15 avril. Les résultats ne sont pas bon. Mais trisomie 21 : 1/6500. Le SF se montre rassurant mais je ne le crois pas. « On vous a pris un rdv dans 1 semaine pour une échographie morphologique ».
J’imagine le pire toute cette semaine. Je perds espoir, je me documente beaucoup. Trisomie 18, Cornelia de Lange, retard de croissance, pré éclampsie.
Rdv écho à 15SA. Oups le médecin pensait que j’étais à 16SA. On ne verra pas s’il y a un soucis. Il faut revenir dans 3 semaines. A 18SA
Les résultats : Paap A 0,08MoM et BêtaHCG 0,13 MoM.

On est anéanti. 3 semaines c’est le bout du monde. Mais finalement ça passe vite. On nous dit 90% de chance que ce ne soit rien du tout et que tout aille bien. On se raccroche à ça. Je change de mood. Je redeviens positive. J’y crois. On commence la liste de naissance. On va essayer des poussettes mais on n’achète rien. « sait on jamais »
J’ai une amie proche qui a exactement le même terme et qui sent déjà bébé bouger. Je garde ça en tête.

3 semaines plus tard. Le jour J, il fait beau se dit on, il pleuvait à chaque précédente échographie. C’est un signe. Ils sont en retard « on a une poussette à acheter, il faut qu’ils se bougent »
Le drame : doute sur l’aspect de mains. Léger retard de croissance. « J’ai besoin d’un deuxième avis, je vous appelle demain »

On ne nous dit rien.

Je vais travailler le lendemain. L’esprit vidée. Je refuse que l’on me parle de peur de craquer. Mes collègues savent, elles comprennent.
17h : on m’appelle. « On pense au syndrome Cornelia de Lange. »
Je demande l’issue possible ? Une IMG ? Une amniocentese ? Je n’ai pas envie de faire durer tout ça et d’attendre encore des résultats. De toutes façons les malformations sont la. Et les médecins sont très inquiets.
Nous avons un rdv avec une généticienne le lendemain. On comprend bien que nous allons nous diriger vers une IMG.
2 jours plus tard ils organisent une commission pluridisciplinaire pour en discuter et voir s’ils acceptent l’IMG. Finalement ils ont besoin de plus d’elements. Ils ne peuvent pas décréter la gravité particulière. Nous devons faire une échographie 4 jours plus tard. Avec une spécialiste du diagnostic dans un hôpital à 1h de chez nous.
Ce jour là ils découvrent une malformation cardiaque, en plus du retard de croissance, des kystes au cerveau et de la malformation des mains. On nous propose une amniocentese, que je fini par accepter car je n’ai plus la force. Je n’ai absolument pas mal. J’espère au fond de moi que cela puisse déclencher un arrêt de grossesse. Je me sens coupable de penser ça mais je suis fatiguée de toute cette attente.
On nous dit que les résultats prendront 48h, soit 24h avant la deuxième commission. Nous n’aurons finalement les résultats que bien plus tard mais entre temps ils ont fini par accepter l’IMG.
Nous décidons de nous rendre à l’hôpital où mon amie travaille, proche de notre famille pour pratiquer cette interruption de grossesse.
Mais ma sœur nous rend visite depuis l’étranger, je ne veux pas la rater, je ne la vois pas souvent, j’ai un EVJF de prévu. Alors nous reculons d’une semaine la date d’accouchement. Pour que je puisse profiter d’une vie quelque peu « normale ».
On nous appelle pour nous donner le résultat de l’amniocentese : trisomie 18.
Cette semaine là j’ai fini par sentir mon bébé bouger. Ça me fait du bien. Je m’excuse auprès de lui, ce n’est pas de sa faute. Mais on sait qu’il ne survivra sûrement pas toute la grossesse et que même s’il résiste, il n’aura qu’une courte vie.
Je relativise. Nous sommes conscient que c’est en quelque sorte une chance de l’apprendre si tôt. Même si nous avons beaucoup attendu. Mais nous savons que c’est la meilleure décision et nous avons l’impression de remonter la pente. Nous n’avons pas peur du jour J. J’ai l’impression d’oublier un peu tout ça. Je m’évade, je ris beaucoup, je dédramatise. Tout le monde nous dit à quel point nous sommes forts et à quel point c’est difficile. Finalement je ne ressens pas ça. J’ai l’impression que c’est plus facile que ce que j’imaginais. Que je vais bien. Réellement. Je ne pleure quasiment plus. Je passe le week end avec mon amie, nos ventres se ressemblent. Je suis foncièrement heureuse pour elle et je veux qu’elle me raconte tout. Je ne veux plus être fragile, que les gens prennent des pincettes. Je ne veux plus recevoir de message « on pense à vous » ni de regards inquiets ou admiratifs. Nous ne sommes pas forts. C’est la vie qui est faite ainsi.
J’ai un rdv pour organiser tout ça un mardi. On m’explique que je peux voir le corps du bébé, lui donner un nom, organiser des funérailles. Qu’ils prendront des photos et qu’elles resteront dans mon dossier plus de 10 ans, avec un faire part et ses petites empruntes. Nous pourrons les consulter un jour si nous en ressentons le besoin. C’est rassurant.
Mais nous ne voulons pas le voir. Nous ne voulons pas connaître le sexe. Nous étions préparés et avons eu le temps d’y réfléchir. C’est mieux pour nous ainsi.

Finalement le lundi je prends le premier cachet. Rien de particulier. Je vais bien. Je fais ma vie.
Le mardi nous rentrons à l’hôpital à 17h, on me pose les laminaires. On se commande à manger. J’ai un peu mal au ventre. Des crampes de règles rien de plus. Comme si on m’avait posé un stérilet. Je m’endors sans penser au lendemain. Puis je me réveille en pleine nuit, je réveille mon conjoint. J’ai mal, vraiment mal. Je pleure. Je finis par appeler la sage femme pour demander un antidouleur. Puis je me rendors.
On nous réveille à 6h30 pour petit déjeuner. On doit partir à 7h15 pour poser la péridurale. Je finis par vomir mon petit déjeuner. J’ai peur.
On me pose la péridurale. J’ai eu mal, mais pas tant que ça. Je m’attendais à pire. Les effets arrivent vite. Je ne sens plus aucune contraction. Je ne sens plus rien d’ailleurs. Je suis dilatée à 1.
8h15 je prends le premier cachet. Je ne sens rien. Quelques petites contractions mais avec la péri ça va.
On regarde un film en attendant.
9h30 je suis dilatée à 2 je crois (je ne me souviens pas bien), la SF perce la poche des eaux.
11h15 la SF s’apprête à me donner le 2ème comprimé, mais m’ausculte avant. « Il est là. On va se préparer. Essayez de ne pas pousser »
Ça va être rapide et tant mieux. On m’avait dit que ça pouvait être très long.
Je commence à ressentir les contractions et mes jambes ne sont plus engourdies. La SF me dit que c’est mieux si je n’appuie pas pour la péri. Ça sera plus facile de pousser avec les contractions. J’ai le périné très tonique. Je vais devoir pousser plus que prévu.
Je n’étais pas préparée. Je n’étais qu’à 21 SA, elles m’aident beaucoup. M’expliquent comment pousser. Mon conjoint est là. Il m’aide.
Je pousse 2 fois, je sens tout, mais je n’ai pas mal. Je le sens passer. Mon monde s’écroule. On se regarde dans les yeux avec mon conjoint et on pleure de toutes nos larmes. L’auxiliaire prend notre bébé et sort de la pièce. C’est fini.
Je regarde l’heure il est 12h, j’ai accouché.
Je me sens libérée en quelque sorte. Mais maintenant il faut sortir le placenta. Ça me fait terriblement mal. Je pleure. Je n’ai plus envie. L’anesthésiste injecte un autre médicament dans la péri car cela ne suffit pas.
On m’encourage et la SF parvient à retirer tout le placenta restant. Je ne sens plus mes jambes, plus rien.

Mon corps s’éteint. Je m’endors.
On me surveille 2h
Je suis amorphe. Je ne sens plus mes jambes.
On nous ramène dans la chambre. Il faut que je mange. Je n’y arrive pas je m’endors.
Je me réveille à 19h
J’essaie de me lever avec le SF. Malaise vagale. Finalement je reste allongée jusqu’au lendemain. Je dors bien.
On voit la psychologue le matin. Nous allons bien. C’est fini.
On rentre chez mon frère. Je dors beaucoup mais je vais bien. J’ai un peu mal à la péri. Mais je ne saigne pas trop. Je nai pas mal. Mais je suis fatiguée.

J’ai accouché le 5 juin. C’était rapide. Je suis soulagée.
Mais aujourd’hui je me sens vidée. J’ai peur de regretter de ne pas l’avoir pris dans mes bras. De ne pas avoir vu son visage. Je crois que j’ai besoin de le voir.
J’ai envoyé un message à ma gyneco. Je me laisse le temps de réfléchir mais j’ai encore 8 jours pour aller le voir au reposoir. Peut être juste voir la photo et connaître le sexe ?
Mon conjoint me comprend mais je souhaite pas le voir. Je suis perdue…
LauraT
Messages : 17
Enregistré le : 19 avril 2024, 16:23

Re: IMG 21SA trisomie 18

Message par LauraT »

Bonjour Loulou,

Je suis navrée de t'accueillir ici, parmis les paranges.

Mon histoire est différente de la tienne puisque j'ai accouché en novembre 2023 à 15 SA suite à un syndrome polymalformatif. Les examens n'ont rien donnés. Je n'ai à ce jour aucune explication.

Je voulais juste te donner mon ressenti par rapport au fait de ne pas avoir voulu voir ton bébé etc... Tu sais sur le moment, avec le choc de l'annonce, l'accouchement qui peut être éprouvant, on est projeté dans un monde iréel, un cauchemar. Je me suis sentie totalement déconnectée de la réalité. Il est difficile de savoir quelle est la meilleure décision. On essaye de faire comme on peut et ce qui nous semble le mieux.

Lorsqu'à la T1 nous avons appris qu'il y avait un problème, j'ai tout de suite "rejeté" mon bébé. J'ai fait comme si il n'était pas là, comme il n'existait plus, je ne touchais plus mon ventre, je ne lui parlais plus. A l'accouchement, avec mon conjoint on a décidé de ne pas voir notre bébé pour plusieurs raisons (malformations visibles, retard de croissance, poids de 45 grammes...). Nous n'avons pas voulu savoir le sexe non plus, ni reconnaitre l'enfant, ni organiser d'obsèques. Je voulais en savoir le moins possible pour me protéger, par peur que ça me fasse trop mal.

Quand je suis rentrée à la maison, j'ai ressenti une culpabilité énorme, comme si j'avais dénigré mon enfant, comme si il n'était "rien" alors que pour moi, il était tout. C'était mon premier enfant, grâce à lui je me suis projeté en tant que mère, et j'allais accomplir le projet de fonder ma famille.

Deux semaines après, j'ai décidé de contacter la gynécologue pour demander le sexe parce que je ressentais le besoin de connaitre plus mon bébé et me rapprocher de lui d'une certaine manière. C'est là où j'ai appris que c'était une fille. Puis, mi-décembre, je suis allée la reconnaitre à la mairie.

Ca m'a fait beaucoup de bien, je me suis sentie plus apaisée avec la décision que j'avais prise auparavant. Et mon bébé avait enfin un prénom, Emma.

Aujourd'hui ça fait 7 mois jour pour jour que j'ai accouché, et ce matin lors de mon RDV avec la psychologue, j'ai parlé de mon regret de ne pas avoir vu mon enfant. C'est quelque chose à laquelle je pense beaucoup. J'essaye d'être bienveillante envers moi-même et avec cette décision, car à l'instant T, j'ai juste fait comme je pouvais. J'avais peur. J'étais traumatisée par tout ce qui venait de se passer.

Aujourd'hui je me rends compte que je n'arrive pas à faire mon deuil et à accepter ce qu'il s'est passé. Je ressens énormément de colère et d'injustice. Finalement, je n'ai jamais dit aurevoir à Emma, puisque je n'ai pas organisé d'obsèques, je ne lui ai pas parlé entre la T1 et l'accouchement, jamais vu, jamais câliné. J'ai des photos et empreintes chez moi. J'ai décidé avec l'accord de la psychologue de les voir, à notre prochain RDV pour être accompagner. J'ai besoin de mettre un visage sur ma petite fille.

La psychologue m’a aussi dit que des études avaient été menées et qu’apparemment les médecins inciteraient les parents à voir leur bébé décédé car ça permet de ne pas être dans le déni. D’ailleurs je lis beaucoup sur ce forum, que finalement le jour de l’accouchement n’a pas été pour les paranges le pire moment, mais plutôt un moment d’apaisement malgré la douleur grâce à la rencontre avec ce petit être.

Encore une fois, ce n'est que mon ressenti. Chaque personne réagit différemment par rapport à son vécu. On avance pas tous à la même vitesse, le deuil se fait par étape... Le chemin est long.

Ton IMG est très récente, prends quelques jours pour y réfléchir. Si tu te sens pas prête à le voir, tu sais que tu auras toujours les photos. Pour reconnaitre ton bébé, si tu en ressens le besoin un jour, tu peux très bien le faire dans quelques semaines, mois ou années...

Je te souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve.

Laura
Modifié en dernier par LauraT le 07 juin 2024, 18:00, modifié 3 fois.
petitfaon
Messages : 10
Enregistré le : 06 juin 2024, 14:36

Re: IMG 21SA trisomie 18

Message par petitfaon »

Bonjour Loulou, je suis moi aussi nouvelle sur ce forum et je suis désolée de lire ton histoire si récente...
Je pense que chacun vit les choses différemment, même si souvent on peut se retrouver dans d'autres expériences, et c'est parfois peut-être encore plus culpabilisant de se sentir "bien" alors que tout le monde nous renvoie le fait qu'on devrait aller beaucoup plus mal. Et parfois c'est le contraire, on a des injonctions à tourner la page au plus vite alors que ce n'est pas possible. Bref il faut vraiment que tu t'écoutes sans culpabiliser.
Je pense aussi qu'un contrecoup est possible, tu as beaucoup été dans l'action et les prises de décision, et les émotions peuvent être un peu anesthésiées par tout ça. J'ai eu une période également assez détachée ou je me sentais plutôt bien, juste avant l'IMG, et quand toute l'agitation est retombée ça a été beaucoup plus dur.
Concernant ta décision de le voir ou pas, c'est évidemment très personnel. Pour te parler de ma propre expérience, avant l'IMG je ne voulais pas le voir, j'avais peur que ça me ralentisse dans mon deuil en rendant ce bébé encore plus concret qu'il ne l'était déjà. J'avais demandé à mon compagnon de le voir à ma place, qu'il puisse éventuellement m'en parler si je regrettais plus tard, ce qu'il avait accepté. Juste après l'accouchement je ne voulais toujours pas le voir, et finalement le lendemain, encouragée et rassurée par mon compagnon, j'ai accepté d'y aller. J'ai été très impressionnée par son aspect de prime abord, je n'ai pas voulu m'approcher. C'était pourtant un beau bébé mais j'avais peur de cette image de bébé mort, inerte. Je ne suis pas restée dans la chambre. Nous sommes sortis de la maternité, et le lendemain, j'ai eu énormément de regrets, avec le sentiment de l'avoir "rejeté" une fois de plus. Nous n'avions que 24h pour y retourner avant son incinération, l'hôpital n'est pas tout près, j'avais peur de déranger les soignants du service maternité... Heureusement mon compagnon souhaitait le revoir une dernière fois et il m'a dit "moi dans tous les cas j'y retourne, avec ou sans toi", donc du coup je l'ai accompagné. Et là j'ai vraiment pu avoir une vraie rencontre avec mon bébé, toutes les craintes et appréhensions se sont envolées, j'ai pu lui parler, lui dire tout ce que j'avais sur le cœur et lui dire au revoir dignement. Je n'ai pas eu le courage de le porter dans les bras pas contre. Repenser à ces moments-là m'aide énormément à présent, et je suis vraiment heureuse de l'avoir fait.
C'est évidemment mon expérience et en aucun cas un conseil, mais de mon côté tous les souvenirs sont précieux et j'ai déjà tellement de regrets parfois, qu'au moins je me suis épargné celui-là.
Je te souhaite beaucoup de courage
Loulou2701
Messages : 4
Enregistré le : 07 juin 2024, 14:04

Re: IMG 21SA trisomie 18

Message par Loulou2701 »

Merci pour vos réponses qui me font énormément de bien. Je suis désolée que vous puissiez vivre aujourd’hui peut être avec des regrets et que vous ne soyez toujours pas libérées puis ce que vous consultez encore ce forum…
Merci infiniment d’avoir pris le temps de me répondre.
Je suis désolée de lire vos histoires. La vie est tellement injuste. J’espère que vous trouverez la paix.

Je pense que je vais y aller dimanche. Seule. J’aimerais que mon conjoint m’accompagne. J’ai peur qu’il regrette. J’ai peur que ce soit une fille et que je finisse un jour par dire « elle » plutôt que « lui », le bébé.
Mais je comprends son choix. Nous en avons longuement discuter. Nous savons que nous sommes deux êtres différents. Et que nous vivons pas les mêmes émotions. Je l’ai porté, l’ai senti bouger et senti partir. Il me comprend et me soutien.
Je n’arrête pas de me demander à quel moment son cœur s’est arrêté puis ce qu’il est né sans vie. Je crois que c’est ça qui me manque. J’aurais aimé comme lui tenir la main pendant qu’il s’éteignait. Comme pour lui dire « au revoir, tu peux t’envoler »
Malheureusement, je ne le saurais jamais. Mais je crois que de le voir et de pouvoir lui dire quelque chose me fera du bien en quelque sorte.
Petit_Cosmonaute
Messages : 8
Enregistré le : 20 mai 2024, 15:11

Re: IMG 21SA trisomie 18

Message par Petit_Cosmonaute »

Bonjour Loulou, je suis triste de t’accueillir sur ce forum et aussi heureuse que tu puisses trouver du réconfort dans cet espace si bienveillant.

Tout comme les filles avant moi je ne peux pas te conseiller mais déjà te dire que la culpabilité est un sentiment injuste auquel nous faisons face et qu’il faut à tout moment se rappeler que ces situations sont terribles et que nos cerveaux ne sont pas faits (enfin si parce qu’au final on voit que tous les paranges survivent) mais quand même pas bien faits pour faire face à tant de décisions, douleurs et traumatismes.

Donc sur le moment tu as fait comme tu pouvais avec ce que tu avais en toi.

Mon expérience lors de la naissance de mon fils en Mai dernier: lors de l’accouchement j’avais dit que je voulais le voir mais sur le coup j’ai demandé à la SF de le cacher le temps que je sois prête. Donc pendant je pense une heure, mon bébé était à côté de moi dans son lange mais caché par un coussin de grossesse qui faisait comme une muraille. J’ai cette image gravée en moi parce que j’ai quelques jours ensuite culpabilise énormément d’avoir « perdu une heure avec lui » ou d’avoir eu « peur de lui ». Sauf que ça c’est mon ressenti des jours après et après l’avoir vu pendant plusieurs heures, mais sur le moment c’était pas la même histoire, j’étais sous le choc, j’avais peur de son aspect, j’avais peur de m’effondrer.

Tout ça pour dire qu’il ne faut pas oublier que sur le coup versus quelques jours après nous ne sommes pas dans la même disposition et qu’il faut avoir de la compassion pour nous meme au moment de l’accouchement et les décisions prises à ce moment.

Je partage le fait que le voir m’a fait beaucoup de bien, j’aurais aimé le porter mais il était trop fragile j’avais peur de lui faire mal. Regarder ses photos me font du bien. Même si l’aspect de mon bébé pourrait être un peu impressionnant je ne vois pas cela de cet œil pour moi il est beau.

Si tu décides de le voir tu peux aussi d’abord le toucher à travers son lange. Le temps de te sentir plus à l’aise pour ensuite le regarder. Tu peux aussi d’abord regarder ses pieds et ses mains avant de découvrir son visage etc…

Qu’importe ta decision, tu es une mère courageuse et aimante. Et rien que le fait que tu te poses cette question montre à quel point tu aimes ton bébé et c’est l’important.
Cosmo 💫

Mamange de T. né dans les étoiles à 27SA (Mai 2024)
Pépin
Messages : 114
Enregistré le : 24 mars 2024, 19:04

Re: IMG 21SA trisomie 18

Message par Pépin »

Bonjour Loulou,

Je suis sincèrement désolée de t'accueillir ici dans ces circonstances.

Ton récit m'a beaucoup touchée. Vous avez vécu un long cheminement avant d'arriver au diagnostic et à l'IMG.

J'ai personnellement vécu une IMG pour T21 le 28 mars, à 17 SA.

Le jour de l'annonce du diagnostic, j'ai demandé à savoir son sexe. J'avais besoin de savoir au moment de la prise de décision. J'avais besoin de la connaître. J'ai par contre arrêté deux-trois jours les vitamines de grossesse et les huiles pour mon ventre, car j'étais dans un état de sidération et de choc... Tout cela me semblait vain, inutile. Puis, j'ai compris qu'il s'agissait des derniers moments de ma fille et que je pouvais encore créer du lien avec elle durant le peu de temps qu'il nous restait.

Je m'étais préparée à l'accouchement et à la rencontre en lisant les témoignages de ce forum. Avec mon conjoint, nous n'avons pas douté du fait que nous voulions la voir, la bercer, lui parler et lui dire au revoir. Nous avons aussi assez vite pris des dispositions pour son corps (nous avons décidé des doudous à mettre avec elle, nous avons écrit une lettre). Au début, nous ne pensions pas avoir la force d'assister à la crémation. Puis, la veille, nous avons changé d'avis et avons finalement dispersé les cendres nous-mêmes.

Dans ce genre de moments irréels, il n'est pas toujours facile de prendre ce type de décisions. Il faut parfois un peu de recul pour savoir ce que l'on veut vraiment.

La rencontre, après l'accouchement, a été un moment très triste mais vraiment beau. Elle était paisible et magnifique. Elle me ressemblait. C'était notre petite fille malgré tout. Je ne regrette pas ces moments avec elle dans mes bras. Nous avons pris des photos pour nous. Pour elle. Pour la famille.

Après, c'est un choix très personnel. Il faut être indulgent avec soi-même sur ce point. L'IMG est un traumatisme. Nous avons tous des mécanismes de défense pour survivre à ce genre d'événements. Ne pas vouloir voir son bébé, ce n'est pas mal. Il faut aussi que tu te préserves.

L'avis ou le jugement d'une tierce personne ne doivent pas entrer en ligne de compte pour prendre ta décision. Tu dois faire ce que tu souhaites et ce qui te ferait du bien.

Parles-en tout de même à ton conjoint. Parfois, les hommes sont plus renfermés et n'osent pas exprimer leurs désirs.

J'ai moi-même beaucoup pensé au fait que les contractions et le travail ont arrêté le coeur de ma petite fille. En salle d'accouchement, quand on a placé les premiers cachets, j'ai éclaté en sanglots et j'ai touché mon ventre. Je savais que c'était la fin. Et c'était terrible de ne rien voir, de ne rien entendre et de ne pas savoir "quand" la vie s'envolerait. Je comprends donc ton ressenti à ce niveau.

Parler, partager ses doutes et ses émotions, ça fait du bien et ça permet de se sentir moins seule.

J'espère que vous êtes bien entourés et accompagnés dans ce deuil.

Douces pensées pour votre petite étoile.
Pépinette IMG à 17SA pour T21 - 28/03/2024
"Past the pain, lies the keys to Heaven
There's still life in the Armageddon"
Loulou2701
Messages : 4
Enregistré le : 07 juin 2024, 14:04

Re: IMG 21SA trisomie 18

Message par Loulou2701 »

Merci pour vos mots qui me permettent de lâcher prise et de comprendre ce que je peux ressentir.

Je sais que les hommes et les femmes peuvent être différents, c’est pourquoi j’accepte le choix de mon conjoint. Il comprend le miens et m’accompagnera mais ne participera pas. Il sera là pour moi à posteriori.

Merci du fond du cœur.

Je vous souhaite de trouver la paix vous aussi 👼🏼
Sophie74
Messages : 3
Enregistré le : 08 juin 2024, 22:37

Re: IMG 21SA trisomie 18

Message par Sophie74 »

Bonjour Loulou, je suis moi aussi nouvelle ici. Je suis désolée de lire ta peine.

J'ai moi-même subi une IMG il y a une semaine à 17 SA pour T21. Je me suis aussi posée beaucoup de questions, voir notre fils, ne pas le voir, laisser l'hôpital se charger du corps ou nous en charger... Toutes ces questions sont tellement douloureuses, on espère ne jamais avoir à "choisir" de voir son bébé mort, "choisir" de s'occuper de son corps ou non. On a l'impression que le monde ne tourne plus rond. Les enfants ne devraient jamais partir avant leur parents. C'est tellement triste.

Et puis pour ma part, mes choix ont changé pendant l'IMG. Tout d'un coup j'ai eu envie de voir mon fils, de le prendre dans mes bras, de le cajoler, de lui dire qu'on était désolé et tellement tristes, qu'on ne l'oublierait jamais, qu'on l'aimait. On a voulu lui donner un prénom: Lou. On l'a revu le lendemain. Ca m'a beaucoup aidé, c'était très doux, très apaisé comme moment. Ses petits pieds étaient tellement beaux.

En sortant de l'hôpital on avait fait le choix de laisser l'hôpital se charger du corps. Mais ce choix me travaille beaucoup, je ne supporte pas l'idée de ne pas savoir quand il sera incinéré, de ne pas savoir comment, avec qui... Je ne supporte pas non plus l'idée qu'il soit tout froid tout seul dans un frigo, ça me déchire le coeur. J'en ai parlé à mon mari et nous avons appelé des services de pompes funèbres pour savoir comment ça pouvait se passer. L'hôpital nous a dit que nous avions jusqu'au 17 juin pour réclamer le corps.

Je suis dans ce cheminement, j'essaye de m'écouter. Mon mari me dit qu'il préfèrerait ne pas revoir le corps de Lou, que ça lui ferait trop de mal mais qu'il comprend mon besoin de m'occuper une dernière fois de mon fils. Pas facile du tout ces moments juste après...

Je t'envoie plein de bonnes ondes et je pense à ton bébé.
Modifié en dernier par Sophie74 le 10 juin 2024, 10:07, modifié 1 fois.
Maman de 2 petits garçons de 4 et 6 ans.
Mamange de notre fils Lou parti le 3 juin 2024, à 17 SA, suite à T21 ✨
Gaga846
Messages : 62
Enregistré le : 29 février 2024, 17:14

Re: IMG 21SA trisomie 18

Message par Gaga846 »

Bonjour,

Mon conjoint a fait le même choix que le tien. Lorsqu'on a appris pour la trisomie 21, la gynécologue nous a demandé si on voulait voir notre bébé après l'accouchement j'étais indécise mais mon conjoint catégorique.

Après l'accouchement j'ai décidé de le voir, je crois que ça à permis d entamer pleinement mon deuil.. par contre ils ont fait des photos, et je n'ai pas encore pris le temps d'aller les chercher.

Comme les filles l'ont dit, on est tous différents et il faut pouvoir être indulgente en vers toi-même, ce qui fait du bien à l'un n'en fait pas pour autant à l'autre...

Belle journée
"Quelle que soit la durée de la nuit, le soleil apparaîtra"
Loulou2701
Messages : 4
Enregistré le : 07 juin 2024, 14:04

Re: IMG 21SA trisomie 18

Message par Loulou2701 »

Sophie74, je suis désolée que tu aies pu vivre la même chose que moi.

Tu as encore quelques jours pour prendre cette décision. Tu me feras part de ton choix ? J’espère que tu trouveras ce qui te convient le mieux.
Je suis comme toi.
Je me réveille dans la nuit l’imaginant tout seul, dans le froid.
Je m’étais aussi demandé si je ne voulais pas prendre en charge ses obsèques mais je crois que ce serait trop pour moi. Mon conjoint, tout comme toi, comprend mes besoins mais pour lui c’est plus facile.
Alors j’ai eu l’idée d’acheter deux doudous, un que je laisserais au reposoir, un que je garderais avec moi. Comme pour garder un lien avec lui. Et quand je me sentirais prête. Je me séparerais de ce doudou. Mais j’ai besoin, surtout la nuit, d’avoir quelque chose qui me raccroche à lui.
Je laisse encore mûrir cette idée. J’ai jusqu’à samedi.

Gaga846, les photos sont un souvenir que je ne pensais pas vouloir garder et pourtant… parce que mon conjoint ne voulait pas les avoir à la maison, je les ai laissé à ma meilleure amie, qui m’a dit aussi accompagnée le voir, car elle aussi avait besoin de lui dire au revoir. Elle s’est proposé de les garder, je sais que si j’en ressens le besoin, demain ou dans 10 ans, je pourrais les consulter.

Le voir pour moi était un besoin finalement. J’ai d’abord vu les photos, et appris le sexe en même temps. Un petit garçon. Puis j’étais indécise quant au fait de voir son corps car j’avais peur d’être choquée. Finalement j’y suis allée. Je ne suis restée que quelques secondes… son corps était minuscule, il ne faisait que 293g. Je ne regrette pas. J’aurais pu le prendre dans mes bras mais tellement petit que j’ai eu peur de le casser. Il avait l’air apaisé.
Répondre